Voir la boutiqueEstimateur

Haie de cèdres sauvages ou haie de cèdres cultivés?

Démystifier la Confusion entre le Cèdre Sauvage et le Cèdre Cultivé

Dans notre vie quotidienne, nous sommes souvent confrontés à des confusions entre le cèdre sauvage et le cèdre cultivé. Ces deux types d’arbres ont leurs propres caractéristiques distinctives qui peuvent parfois être mal interprétées. Dans cet article, nous allons examiner de près les différences entre le cèdre sauvage et le cèdre cultivé, afin de dissiper toute ambiguïté et d’apporter une clarté bien nécessaire à cette question.

Origine du cèdre sauvage au Québec

Il y a quelques générations, les terrains bordés de cèdres étaient délimités par ce que l’on appelait alors des cèdres sauvages. Ces arbres, trouvés dans les bois des Cantons de l’Est (aujourd’hui l’Estrie), étaient jadis arrachés à la hache. Avec une technique rudimentaire, les travailleurs se mettaient à genoux à côté de ces arbustes, frappant la hache sur les racines à la surface tout en tirant sur la plante de l’autre main. Ainsi, les cèdres étaient déracinés avec leurs racines nues. Transportés en groupes de 25, ces cèdres étaient portés sur le dos des travailleurs jusqu’aux routes les plus proches, un peu comme ce travailleur vietnamien :

Ces vendeurs itinérants se déplaçaient à travers les nouveaux développements résidentiels et les marchés fermiers à l’aide de leur pick-up afin de vendre leur dur labeur. L’intimité n’était pas une priorité étant donné que les propriétés étaient vastes et que les gens étaient plus enclins à socialiser. Les haies devenaient intimes naturellement avec le temps.

Les plantations naturelles se sont progressivement éloignées de la grande région de Montréal vers l’ouest. À chaque génération, il devenait nécessaire de parcourir davantage de distance pour découvrir de nouvelles plantations, s’étendant à la ligne de l’Ontario, puis vers Ottawa, et finalement jusqu’à Toronto.

Au fil des années, les méthodes et les équipements ont progressé, abandonnant la hache au profit des VTT et des pelles entièrement métalliques. Ces avancées ont facilité la préservation d’une motte de terre autour des racines, favorisant ainsi une meilleure reprise des plants.

cedre pickup

Cependant, qu’ils soient peu attrayants ou splendides, les cèdres sauvages nécessitent toujours trois à quatre ans pour former une haie intime.

L’arrivée du cèdre cultivé

Par la suite, des variétés ornementales telles que le Smaragd, l’Emerald et le Fastigiata sont devenues populaires sur le marché entre les années 1970 et 1990. Ces variétés décoratives, à l’origine de l’Himalaya, d’Algérie ou du Maroc, ont rapidement été nommées “cultivées”, car elles étaient produites en champs ou en pots par des producteurs canadiens.

gars des cedres cultivés

C’est ainsi que la confusion entre le cèdre sauvage et le cèdre cultivé a commencé.

La confusion

Une fois que les deux variétés ont été présentées sur le même marché, elles ont été catégorisées de manière erronée : le cèdre sauvage a été associé à la formation de haies pouvant être taillées, tandis que le cèdre cultivé a été perçu comme une option purement décorative. Cependant, cette distinction est incorrecte.

Pour mieux comprendre, il est important de noter que “cèdre sauvage” ou “cèdre cultivé” désignent des qualités de cèdres et non des espèces. Le cèdre sauvage est un Thuya occidentalis de qualité sauvage parce qu’il n’a jamais été taillé, entretenu, fertilisé ou traité, contrairement au cèdre cultivé. Cela se traduit par un développement moins important et un feuillage moins dense pour le cèdre sauvage, mais aussi par une plus grande résistance aux conditions difficiles. En revanche, grâce à ses traitements, le cèdre cultivé fournira une haie plus dense et intime dès sa plantation, avec une réduction significative des risques liés aux parasites et aux organismes nuisibles.

En résumé, la différence entre le cèdre sauvage et le cèdre cultivé réside dans le temps et l’entretien nécessaire. La question à se poser est la suivante : est-ce que je préfère payer moins cher pour un cèdre que je devrai entretenir moi-même jusqu’à ce qu’il atteigne la perfection, ou est-ce que je suis prêt à payer un peu plus pour acheter un cèdre qui a été soigneusement entretenu pendant plusieurs années par quelqu’un d’autre ?

Cèdre blanc cultivé qualité supérieure
Cèdre blanc cultivé qualité supérieure
Cèdre blanc sauvage
Cèdre blanc sauvage

Terminons en dressant une liste des variétés les plus connues classées selon leur type :

Cèdres à haie cultivés ressemblant à un Mur :

  • Thuya occidentalis (Cèdre blanc)
  • Thuya nigra (Cèdre noir)

gars des cedres thuya nigra

Cèdres cultivés Décoratifs Coloniale ou Pyramidal :

  • Thuya Smaragd
  • Thuya Emerald
  • Thuya Brandon
  • Thuya Fastigiata
  • Thuya de Groot’s Spire

gars des cedres thuya groots spire

En comprenant ces différences, vous serez mieux équipés pour choisir l’option qui convient le mieux à votre jardin ou à votre paysage, que ce soit pour l’intimité ou la décoration.

299 Rang du Petit Coteau
Verchères, QC J0L 2R0
514-791-6331
lockusercartmenuarrow-down